La chambres des merveilles De Julien Sandrel

, par Didie Navarro

Une bonne lecture dans l’ensemble.


Ce roman se lit vite, l’histoire est fluide, les personnages sont attachants…Cependant, je m’attendais à être davantage bouleversée. J’ai longuement réfléchi pour tenter de comprendre pourquoi je n’avais pas accroché. Je vais donc essayer de donner un avis le plus clair et objectif possible.

Il faut savoir que ce n’est pas la première fois que je lis un roman sur le thème de la maladie. Et, pour l’instant, tous m’ont fait le même effet. Comme si, à chaque fois, un énorme ravin se creusait entre les personnages et moi.
J’ai remarqué, lors de ma lecture, quelques éléments qui ne sont pas très réaliste : des coïncidences un peu trop facile, de l’argent qui vient de nulle part… De plus, Thelma, notre personnage principale, ne va pas être une seule fois confrontée à un personnage, à un obstacle dans sa progression. J’aurais aimé la voir en difficulté car, dans la vie réel, elle l’aurait été. Sa lutte intérieur est davantage développée même si j’aurais voulu que se le soit encore plus.
Il faut donc voir ce roman comme une histoire douce et légère. Je pense qu’il ne faut pas trop regarder dans les détails si vous voulez apprécier votre lecture. Je pense que l’auteur voulait transmettre de l’espoir, de la joie à travers son roman. Malheureusement, ce n’est pas ce que je cherchais en le lisant. D’ailleurs je le pense adapté pour des personnes qui ont vécus ou qui vivent cette situation.
Sinon, j’ai beaucoup aimé le changement de point vue avec Louis apportant du relief à l’histoire.

Pour résumer, je pense que ce qui m’a gênée est le fait que l’auteur aie trop voulu garder la main sur son récit (en tout cas c’est ce que j’ai ressentis). Cela laisse entrevoir des directions qui ont été sûrement prises par facilité. Tout est résolu trop vite (travail, argent, amour…).

Citations :

« L’esquive est tellement plus belle que la vérité... »

« Mon fils m’a aidé à ressusciter quelques pages de jeunesses trop vite tournées. Cette nuit là, j’ai compris que la vie-la vraie, celle dont on se souvient-n’est rien d’autre qu’une succession de moments de grâce juvénile. »

« Aucune ambition d’adulte ne peut rendre plus heureux qu’un carpe diem adolescent. »

« J’allais sortir de ma zone de confort, je le savais. J’étais prête. Pour Louis. Et sûrement un peu pour moi. »

Informations :

Ce livre est en cours d’adaptation au cinéma.

Commencé le 23 Juillet 2020
Fini le 24 Juillet 2020

P.-S.

Note = 3/5