Mais que font les chrétiens face aux problèmes ? Les chrétiens sont-il sensibilisés, voir actifs dans les problèmes d’énergie et de changement climatique ?

Les chrétiens (et tous les croyants en générale) devraient être le fer de lance de l’action pour la réduction de la consommation d’énergie et la lutte contre le réchauffement climatique. Car dans la bible il est écrit : "tu aimeras ton prochain comme toi même". Or notre prochain est non seulement le SDF dans nos rue, le pauvre vivant à l’autre bout du monde, mais également les enfants des générations à venir, dans 10, 20, 50, 100 ans et plus.
Les aimer comme nous-même, c’est vouloir leur laisser au moins ce que nous avons reçu : de l’énergie et une planète préservée. Donc les chrétiens devraient être naturellement mobilisés. Le sont-il ?

Les différents documents sont placés dans l’ordre anti-chronologique. Seul le début des textes est cité ici, il est présenté en italique, avec un lien sur le site de référence (plus complet), et que nous espérons pérenne.

 Journée mondiale de la paix du 1er janvier 2010. A l’initiative de Benoit XVI, cette année le thème de la 43e Journée mondiale de la paix sera "Si tu veux cultiver la paix, protège la création". Message de Benoît XVI pour la 43e Journée Mondiale de la paix ou en italien

 Changements climatiques : les Eglises s’apprêtent à sonner l’alarme Alors que les pays exposent leurs positions concernant les négociations organisées à Copenhague le mois prochain au sujet d’un nouvel accord international sur le climat, les Eglises du monde entier s’efforcent de faire prendre conscience autour d’elles du caractère éthique et spirituel de la question de la protection du climat. C’est pourquoi à l’appel du Conseil œcuménique des Eglises (COE) les églises du monde entier, sont appelées à sonner leurs cloches le dimanche 13 décembre. Ce dimanche-là, à 15h, en plein sommet de l’ONU et afin d’agir contre les changements climatiques, le COE invite les Eglises du monde entier à faire retentir leurs cloches, tambours, gongs ou ce qu’elles utilisent traditionnellement pour appeler les gens à la prière. Voir le site

 Semaine de la Bible 2009 : Bible et Ecologie (du 29 novembre au 6 décembre). Le thème retenu « Bible et écologie » est d’une actualité brûlante. Plus que jamais les questions écologiques occupent le devant de la scène. Chacun prend conscience de l’importance des enjeux : c’est l’avenir de la planète et celui de l’humanité qui semblent menacés. Des changements de mentalité et de comportement s’opèrent, tant au niveau des individus qu’au niveau des gouvernements.Voir le site

 Petit historique du développement durable et l’Eglise. Voici un bref historique du développement durable, de sa prise de conscience au début du XXe siècle jusqu’à nos jours, avec la place importante que joue l’Eglise vis-à-vis de l’environnement Voir le site

 Lettre du Conseil d’Eglises chrétiennes en France (CECEF) adressée, lundi 30 novembre 2009, par ses trois co-présidents au Président de la République française, Nicolas Sarkozy, en vue du sommet de Copenhague. « Un usage plus raisonnable des biens de ce monde nécessite une révision courageuse de nos modes de vie » déclarent les responsables des chrétiens de France dans un message commun à la veille de la 15e conférence de l’ONU sur le changement climatique qui se tiendra au Danemark, à Copenhague, du 7 au 18 décembre 2009. Lire la lettre

 Appel des chrétiens pour la conférence de Copenhague Pétition lancée par les chrétiens avant la conférence de Copenhague pour inciter les dirigeant à agir et se montrer courageux. Lire le texte de la pétition

 Encyclique du pape "Caritas in Veritate" invite les chrétiens à agir pour le développement intégrale de chaque hommes et de l’humanité entière. Le Pape évoque le respect a avoir vis-à-vis de la planète, de l’environnement, en particulier dans le chapitre 4 DÉVELOPPEMENT DES PEUPLES, DROITS ET DEVOIRS, ENVIRONNEMENT Voici quelques extraits :
—  Le thème du développement est aussi aujourd’hui fortement lié aux devoirs qu’engendre le rapport de l’homme avec l’environnement naturel. Celui-ci a été donné à tous par Dieu et son usage représente pour nous une responsabilité à l’égard des pauvres, des générations à venir et de l’humanité tout entière.
— Aujourd’hui, les questions liées à la protection et à la sauvegarde de l’environnement doivent prendre en juste considération les problématiques énergétiques. L’accaparement des ressources énergétiques non renouvelables par certains États, groupes de pouvoir ou entreprises, constitue, en effet, un grave obstacle au développement des pays pauvres. Ceux-ci n’ont pas les ressources économiques nécessaires pour accéder aux sources énergétiques non renouvelables existantes ni pour financer la recherche de nouvelles sources substitutives. L’accaparement des ressources naturelles qui, dans de nombreux cas, se trouvent précisément dans les pays pauvres, engendre l’exploitation et de fréquents conflits entre nations ou à l’intérieur de celles-ci.
— Cette responsabilité est globale, parce qu’elle ne concerne pas seulement l’énergie, mais toute la création, que nous ne devons pas transmettre aux nouvelles générations appauvrie de ses ressources. Il est juste que l’homme puisse exercer une maîtrise responsable sur la nature pour la protéger, la mettre en valeur et la cultiver selon des formes nouvelles et avec des technologies avancées, afin que la terre puisse accueillir dignement et nourrir la population qui l’habite. Il y a de la place pour tous sur la terre : la famille humaine tout entière doit y trouver les ressources nécessaires pour vivre correctement grâce à la nature elle-même, don de Dieu à ses enfants, et par l’effort de son travail et de sa créativité. Nous devons cependant avoir conscience du grave devoir que nous avons de laisser la terre aux nouvelles générations dans un état tel qu’elles puissent elles aussi l’habiter décemment et continuer à la cultiver.

 Exposition « Sobriété énergétique et solidarité avec les générations futures » à la paroisse de Sophia-Antipolis pour le Carême 2009 (Mars 2009). Cette exposition permet à chacun de prendre conscience des problèmes d’énergie et d’environnement, mais également de s’interroger sur son propre rapport à la consommation, les changements qu’il pourrait faire ... Voir l’article sur l’expo.

 Colloque oeucuménique "L’avenir de la terre, un défi pour les Eglises". organisé par l’Institut Supérieur Oeucuménique (ISEO) les 27, 28, éet 29 janvier 2009. Lire un article, visiter le site du colloque.

 CCFD : Défi bouge ta planète. Site pour les jeunes, défis pour demain, construire un monde nouveau. Visiter le site.

 La campagne des Kilomètres du soleil : le développement durable. Cette campagne qui rassemble dix mouvements et services d’Église ouvre les enfants de 7-11 ans à la solidarité par une démarche pédagogique d’éducation au développement. Pour 4 années (2006-2010), la campagne a décidé de se pencher plus particulièrement sur le développement durable. Voir le site.

 Changement climatique – Après les paroles des actes.
Une impulsion dans une perspective d’éthique sociale par la
Commission nationale suisse Justice et Paix,
sur mandat de la Conférence des évêques suisses
En collaboration avec oeku Eglise et environnement. Rapport de 45 pages sur le problème du changement climatique, prendre ses responsabilités, une politique climatique responsable en Suisse, les églises Suisse ont aussi des obligations, ...

 Colloque à Lyon les 24 et 25 janvier "Chrétiens et pic de pétrole". Quelles ressources spirituelles pour faire face à l’épuisement des ressources naturelles ? Colloque sur 2 jours regroupant une quinzaine d’intervenants, croyants ou non, autour de l’évêque de Lyon. le site chrétiens et pic de pétrole

Les retours du colloque sont nombreux : surle site de père Durand (qui a participé à l’organisation), sur le blog de Patrice de Plunkett (qui est intervenu lors du colloque), ou lors del’homélie du 25 janvier 2009 par le père Durand

 Conférence-débat à Sophia-Antipolis le jeudi 11 décembre 2008 (organisée par la paroise de Sophia-Antipolis) : "Consommation-Energie : quelle prise de conscience".
Conférence basée sur les cours à l’Ecole des Mines de Paris de JM Jancovici sur le lien entre notre mode de vie, les ressources énergétiques et le changement climatique. voir les documents de la conférence

 La Création au risque de l’environnement
Publié le 18 décembre 2008

Dans un document, la Conférence Episcopale Française invite les chrétiens à réfléchir au sens de l’aventure humaine sur terre et à faire des choix de vie en conséquence

La sauvegarde de la création est un enjeu de notre temps. Nombre de politiques et de scientifiques ont le courage de l’inscrire au cœur de leurs préoccupations. L’étude conjointe du Service pour les questions familiales et sociales et de l’Antenne Environnement et modes de vie au service de la Conférence des Evêques de France veut apporter sa contribution à ce dossier.

Dans le présent et l’avenir de l’humanité les chrétiens reconnaissent les déploiements du projet créateur de Dieu. Il a fait le monde pour le bonheur de tous et le confie à notre responsabilité : pas simplement les différents éléments qui composent la nature et qu’il nous faudrait préserver mais la permanence de la grande aventure qui oriente l’histoire de l’humanité depuis son commencement, la présence de la vie et de son amour universel.

La Bible donne un contour précis à notre relation à la nature et à notre responsabilité. Nous sommes les serviteurs d’un bien commun appartenant à tous et destiné à tous. La motivation écologique des chrétiens et leur engagement pour un développement durable sont donc fondés principalement sur la solidarité qui nous unit aux hommes de partout avec qui nous partageons le bien de la création.
Lire le rapport complet

 Cycle de formation Energie - Environnment, Séminaire par la Fédération des Eglises Protestantes de Suisse (FEPS) le jeudi 09 octobre 2008 Lire le programme

 Benoît XVI, un Pape vert
Publié le vendredi 18 juillet 2008 à 09h00

A l’occasion des Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ) qui se sont déroulées à Sydney, le Pape Benoît XVI a exhorté les catholiques du monde à protéger l’environnement.
"Les soucis de non-violence, de développement durable, de justice et de paix, et de respect de l’environnement sont d’une importance vitale pour l’humanité", a déclaré le souverain pontife.
Dénonçant une "consommation insatiable", et les "fausses idoles" de la société de consommation, le Pape s’est insurgé contre le gaspillage des ressources naturelles.
"Peut-être que nous prenons conscience à contrecœur des cicatrices qui marquent également la surface de notre Terre : l’érosion, la déforestation, le gaspillage des minéraux du monde et des ressources des océans" a-t-il ajouté.
Le réchauffement climatique a été également abordé dans son discours, par l’évocation de la montée du niveau des mers. "Certains d’entre vous viennent d’îles dont l’existence même est menacée par la montée du niveau des eaux, d’autres de pays qui souffrent des effets d’une sécheresse dévastatrice".
Lors de son voyage pour l’Australie, Benoît XVI avait déclaré vouloir "réveiller les consciences" afin de relever le "grand défi" de la protection de l’environnement.

Article sur la Télé Suisse Romande
Article plus long sur le portail du développement durable

 Lettre des Conférences nationales des Évêques Catholiques aux responsables des États membres du G8 le 20 juin 2008.
Début du courrier :

À l’approche du Sommet du G8, qui doit se tenir au Japon, nous vous adressons cette lettre, de la part des Conférences épiscopales catholiques, à vous qui êtes les responsables de nos nations respectives, pour vous appeler à renforcer vos engagements et vos actions en faveur de la lutte contre la pauvreté dans le monde et à aborder résolument la question des transformations climatiques planétaires.
Comme l’a dit le Saint-Père, le pape Benoît XVI, lors de sa visite aux Nations-Unies en avril dernier : « Les questions de sécurité, les objectifs de développement, la réduction des inégalités au niveau local et mondial, la protection de l’environnement, des ressources et du climat, requièrent que tous les responsables de la vie internationale agissent de concert et soient prêts à travailler en toute bonne foi, dans le respect du droit, et à promouvoir la solidarité dans les zones les plus fragiles de la planète. Je pense en particulier à certains pays d’Afrique qui restent encore en marge d’un véritable développement, et qui risquent ainsi de n’expérimenter que les effets négatifs de la mondialisation. »

Lire la lettre intégrale

 L’écologie, de la Bible à nos jours. Pour en finir avec les idées reçues

Livre-enquête de Patrice de Plunkett est paru aux éditions de L’Œuvre. Consulter l’article sur ce livre mais également le blog de Patrice de Plunkett

 Communiqué de la Fédération des Eglises Protestantes Suisse le 9 mai 2008.

Dans son étude « Éthique de l’Énergie », la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) présente les lignes directrices d’un système énergétique durable. Elle formule un plaidoyer circonstancié pour la « société à 2000 watts » et pour une approche spirituelle de la mutation énergétique.
De nombreux phénomènes indiquent la fin de l’ère énergétique actuelle. Les changements climatiques, l’augmentation du prix du pétrole brut et, à l’échelle mondiale, la « nouvelle guerre froide » autour des ressources énergétiques, sont autant de signes alarmants. Dans cette situation, la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS) présente les lignes directrices d’un système énergétique durable.
L’étude dresse un état des lieux détaillé de l’économie et de la politique énergétiques en Suisse. La position spécifique de la FEPS repose sur des réflexions de fond : la politique énergétique doit être déterminée à l’aune de critères éthiques fondamentaux qui sous-tendent les décisions responsables. Les générations futures ont le droit d’être libres, elles aussi, de leurs propres choix en matière de politique énergétique. C’est sous cet angle que la FEPS considère l’application d’instruments politiques de pilotage.

Lire le communiqué

  Lettre de la Conférence des évêques catholiques du Canada sur l’environnement. Notre rapport à l’environnement : le besoin d’une conversion. Le 20/04/2008

Dans le cadre de l’Année de la planète Terre, proclamée par les Nations Unies, la commission des affaires sociales
de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) a publié une lettre pastorale dans laquelle elle en
appelle à la conscience collective face aux graves problèmes environnementaux qui frappent la planète. Les auteurs
de la lettre ne manquent pas de souligner qu’en dépit des importants engagements pris lors des rencontres de Rio,
Kyoto, Johannesburg et Bali, le Canada n’a pas respecté ses engagements. Ils estiment par ailleurs que seule « une
authentique conversion personnelle et collective permettra de retisser les liens de vie avec la nature ». Texte de la
Conférence des évêques catholiques du Canada

En octobre 2003, notre Commission des affaires sociales a rendu publique une lettre sur « L’impératif écologique
chrétien ». Elle est intitulée : « Tu épargnes tout, parce que tout est à toi, maître et ami de la vie » (Sg 11, 26).
Depuis, l’Organisation des Nations unies (ONU) a proclamé 2008 l’Année de la planète Terre. Nous saisissons cette
occasion pour prolonger notre réflexion avec la population catholique de notre pays.
Lire l’article

 Benoît XVI prône "un style de vie sobre" pour un développement durable

Benoît XVI a prôné un "style de vie sobre", accompagné d’un engagement pour une "distribution égale des richesses", pour instaurer "un ordre de développement juste et durable", lors de la messe de la fête de l’Epiphanie dans la basilique Saint-Pierre.
Notant que "la globalisation n’est pas synonyme d’ordre mondial, bien au contraire", le pape a souligné dans son homélie que "la modération" était "une façon de sauver l’humanité".
"Il est évident que seule l’adoption d’un style de vie sobre, accompagné d’un engagement sérieux pour une égale distribution des richesses, permettra d’instaurer un ordre de développement juste et durable", a-t-il souligné.
"Pour cela, il y a besoin d’hommes d’espérance et de courage", a-t-il ajouté, citant le "courage des Rois mages qui ont entrepris un grand voyage en suivant une étoile et se sont agenouillés devant un enfant pour lui offrir des dons précieux".
article du 8 janvier 2008

 Protection de l’environnement : un « impératif moral », pour le Saint-Siège. ROME, Mardi 25 septembre 2007

La protection de l’environnement relève d’un « impératif moral », affirme le Saint-Siège devant les Nations Unies : il s’agit d’une « grave responsabilité » pour « tous, sans exception ».
Mgr Pietro Parolin, sous-secrétaire de la secrétairerie d’Etat, a pris la parole le 24 septembre à New-York, lors de la 62e session de l’Assemblée générale de l’ONU, dans le cadre du sommet sur les changements climatiques, sur le thème : « L’avenir est entre nos mains : affronter le défi du changement climatique ».
« On entend souvent parler dans les couloirs des Nations Unies de la ‘responsabilité de protéger’. Le Saint-Siège croit que cela s’applique aussi au contexte du changement climatique. Les Etats ont une ‘responsabilité’ partagée ‘à protéger’ le climat du monde par l’adaptation et avant tout une ‘responsabilité’ partagée à ‘protéger’ notre planète et à assurer que les générations présentes et à venir puissent vivre dans un environnement sain et sûr », a-t-il déclaré.
Pour ce qui est du rythme des interventions, Mgr Parolin faisait observer que « les Etats sont libres d’adopter des conventions et des traités internationaux, mais si nos paroles ne s’accordent pas avec une action effective et une fiabilité, (..) nous nous retrouverons bientôt à nous lamenter d’un nouvel échec collectif. Nous espérons que les Etats vont saisir l’occasion qui va leur être bientôt présentée à la prochaine conférence de Bali sur la convention cadre sur le changement climatique ».

Lire l’article au complet

 Congrès sur le développement durable aux Semaines Sociale de France en septembre 2007

Ce congrès organisé sur une semaine regroupait de nombreux intervenants extérieurs (JM Jancovici, Mr Stern, A Lipietz, A Juppé, ...) qui ont présentés les problèmes de la consommation des ressources, de leur épuissement, de la pollution et du changement climatique ; ainsi que l’action des politiques (et citoyens) pour gérer la crise. Les minutes du congrès et le texte des interventions ne sont pas encore disponible sur les archives du site SSF. Mais devraient l’être prochainement.

 Le Pape Benoît XVI appelle à "écouter la voix de la Terre" et à respecter l’environnement 26/07/2007 14:03 (Par Sandra BESSON)

Les religions du monde ont montré un intérêt croissant pour l’environnement, surtout pour les répercussions du réchauffement climatique.
Le Pape Benoît XVI a déclaré que la race humaine devait « écouter la voix de la Terre » ou risquait de détruire son existence. Le Pape, qui a fait un discours après être rentré de vacances qu’il a passé au nord de l’Italie, a aussi déclaré que tandis qu’il y avait de nombreuses preuves scientifiques de la théorie de l’évolution, la théorie ne

P.-S.

Il y en a surement beaucoup d’autres, n’hésitez pas à nous les communiquer par la page contact

De la parole à l’action il y a un pas ... qu’il nous faut franchir rapidement. Le monde est en marche aujourd’hui. Pas seulement les chrétiens et les croyant. C’est tous ensemble que nous sauverons la planète, pour nos enfants.